Archives de catégorie : Bricolage

personne qui bricole avec une visseuse makita

Comment fabriquer des étagères murales originales ?

Vous aimez le bricolage, et vous êtes féru de DIY ? Pourquoi ne pas fabriquer vous-même vos étagères murales personnalisées et insolites ? Armez-vous de quelques outils, et laissez libre cours à votre imagination, pour décorer votre pièce de façon originale.

Utiliser des cadres anciens

Relookez votre collection de vieux cadres qui traîne au grenier, pour créer des étagères à la fois anciennes et modernes. Il vous suffit de fabriquer des caisses d’environ 20 cm de profondeur avec des planches en bois, et adaptées aux dimensions des cadres. Fixez-en une au dos de chacun d’entre eux, et accrochez-les sur le mur de façon non symétrique, pour un résultat désassorti du plus bel effet.

Des étagères murales triangulaires

Achetez des planches de bois d’environ 20 cm de largeur. Vous pouvez choisir du bois brut, pour un aspect très bohème et naturel, ou bien verni, pour un décor chaleureux et accueillant : tout dépend de l’ambiance que vous voulez créer dans votre pièce. Munissez-vous ensuite de vos outils Milwaukee par exemple, une scie, un mètre, une perceuse, une visseuse et une ponceuse, pour confectionner vos étagères originales en forme de triangle équilatéral. Poncez les arêtes, et assemblez les planches entre elles à l’aide de vis. Vous pourrez les imbriquer les unes dans les autres, comme dans un jeu de construction, ou bien varier les dimensions pour créer un ensemble à la fois hétéroclite et parfaitement assorti.

Des caisses de vin revisitées

Vous êtes amateur de la dive bouteille ? Consacrez-lui la déco d’une de vos pièces, en utilisant d’anciennes caisses de vin en bois pour confectionner vos étagères. Nettoyez-les bien, avant de les fixer au mur à l’aide de chevilles et de vos outils Bosch. Vous pouvez aussi découper des fonds de tonneau, pour installer des étagères des plus atypiques, tout en rondeur. Effet vintage et ambiance rétro garantis !

étagères en bois faites maison
Source : Archzine sur Pinterest

Pour les musiciens et les sportifs

Votre passion vous fait vibrer ? Alors, ornez les murs de la maison de votre matériel revisité. Si vous aimez le ski, dénichez une ancienne paire de skis en bois, et fixez-les au mur l’un en-dessous de l’autre, dans un esprit très chalet. Vous pouvez aussi utiliser des planches de bois pour faire vos étagères, tout en incrustant dedans un guidon de vélo. Amateur de musique ? Démontez une vieille guitare désaccordée, pour ne garder que la caisse de résonnance, et fixez celle-ci au mur de manière verticale. Vous n’avez plus qu’à y insérer de petits plateaux, et vous voilà avec une belle étagère originale !

Comment installer un plafonnier ?

Installation dans un nouveau logement ou envie de changer de déco : on est fatalement amené à devoir accrocher un nouveau plafonnier chez soi ! La bonne nouvelle, c’est que c’est loin d’être compliqué. C’est même un petit bricolage à la portée de tous. Un seul impératif : faire preuve d’un minimum de précautions !

Le matériel

Il vous faudra bien entendu… un plafonnier ! Vous ne l’avez pas encore déniché ? Un très large choix de luminaires est disponible sur le marché. Pour le choisir, tenez compte des critères de base : l’emplacement (dimensions, pièce d’eau, etc.) et l’usage (lecture, éclairage de la table, etc.). Le top ? Le plafonnier LED, fonctionnel et peu gourmand en énergie ! Pour l’installer, prévoyez :

  • Un escabeau
  • Une perceuse-visseuse
  • Un mètre
  • Un crayon
  • Un tournevis
  • Une cheville et un foret de même dimension
  • Un boîtier DLC
  • Une pince coupante
  • Une pince à dénuder

Les étapes

Avant de vous lancer dans l’installation de votre plafonnier LED, vous devez couper le disjoncteur. Il est recommandé de vous munir d’un testeur (voltmètre) afin de vérifier que le courant est bel et bien coupé. Déballez votre nouveau plafonnier et disposez soigneusement tout le nécessaire – outils et visserie – afin de pouvoir travailler plus confortablement.

  • Munissez-vous du crayon pour marquer l’emplacement de votre plafonnier. Prenez le temps de bien le positionner, au-dessus de la table de la salle à manger ou au centre de la pièce. Certains plafonniers sont équipés d’une base très large, devant être fixés à l’aide de 2 à 5 vis. Vous devrez donc tracer soigneusement les repères !
  • Percez le trou destiné à la cheville, puis vissez le piton de suspension.
  • Percez le trou destiné à la tige du boîtier de dérivation, et coupez le câble à la longueur adéquate.
  • Dénudez les fils électriques sur 10 à 15 mm.
  • Raccordez les fils, en respectant scrupuleusement les couleurs.
  • Mettez le plafonnier en place.

Comment faire dans un logement ancien ?

Si votre logement n’est pas aux normes, il est probable que les fils sortent directement du plafond. Dans ce cas, le piton de suspension destiné à supporter le poids du luminaire devra être fixé à proximité. Raccordez ensuite les fils au domino de votre plafonnier.

Vérifier l’installation

Avant de ranger vos outils, vérifiez que tout fonctionne ! Attention à ne pas négliger le choix de l’ampoule. Pensez à consulter les informations techniques fournies par le fabricant. L’info cruciale ? La puissance maximale (exprimée en Watt).

En suivant ces conseils ainsi que les étapes d’installation à la lettre, votre plafonnier brillera de mille feux en quelques minutes seulement et sans grand effort à fournir de votre part !

Comment mettre en route sa piscine ?

Lorsque l’on acquière une piscine, la première mise en route est sans doute le moment le plus important de votre installation. Débutant Dilettante vous explique tout : comment remplir la piscine, la filtrer et la purifier pour pouvoir la mettre en route comme il faut et vous baigner en toute sérénité !

1ère étape : la mise en eau de la piscine

piscine-eau

La mise en eau de la piscine est la première chose que vous devez faire après la pose du revêtement.

Si vous avez un liner, cette mise en eau doit intervenir juste après la pose, car c’est l’eau qui va définitivement sceller le liner contre les parois de la piscine. Dans tous les autres cas, il vous faudra d’abord respecter le temps de séchage de votre revêtement avant la mise en eau. Vous pouvez vous renseigner à ce sujet auprès de votre constructeur.

Ensuite, avant de remplir votre piscine, il est important de bien analyser votre eau afin d’éviter de changer ou de vider l’eau de la piscine une fois remplie. La composition de l’eau (dureté, pH, etc.) doit permettre le bon fonctionnement des traitements de l’eau. A ce titre, l’eau de ville est souvent plus facile d’entretien que l’eau d’un puits.

Une fois ceci fait, vous pouvez remplir votre bassin. Il vous faudra compter plusieurs litres d’eau selon le volume de votre piscine (1m3 = 1000 litres) et vous armer de patience : le temps de remplissage du bassin dépend lui aussi du volume de la piscine et il vous faudra plusieurs heures au minimum pour la remplir, même pour les plus petites.

Il ne faut pas remplir la piscine jusqu’à ras bord mais jusqu’à la moitié ou au ¾ des skimmers, selon ce que votre constructeur vous a recommandé.  Le niveau de l’eau aura tendance à baisser avec le temps à cause de divers éléments comme l’évaporation. Pour éviter ce phénomène, utilisez une bâche de piscine, surtout en cas de fortes chaleurs.

2ème étape : la mise en route de la piscine

piscine-bois

Après s’être occupée de la mise en eau de la piscine, il est temps de s’occuper de sa mise en route. Vous allez ainsi devoir traiter l’eau et mettre en route la filtration.

Pour le traitement de l’eau, vous devez rapidement désinfecter l’eau de la piscine selon le mode de désinfection que vous avez choisi : chlore ou sel (le chlore est le plus connu). Vous pouvez d’ailleurs effectuer un traitement choc (15g de chlore ou de sel par m3) pour la première fois afin d’être sûre de désinfecter l’eau efficacement.

Ensuite, il vous faut mettre en route le circuit de filtration, dont le fonctionnement de la piscine repose en partie dessus. Une fois les tuyaux installés, les branchements réalisés et le bassin prêt, démarrez la pompe et le filtre puis vérifiez que tout fonctionne bien au niveau de la filtration de l’eau (pas de blocages, de bruits bizarres, de refoulement…).

A noter : si vous avez installé un système de traitement de l’eau après filtration comme un électrolyseur ou un ozonateur, l’eau sera parfaitement purifiée avant de retourner dans votre bassin.

3ème étape : entretenir sa piscine

femme-piscine

Et oui, après avoir mis en route la piscine, il ne faut pas oublier de l’entretenir ! L’entretien n’est pas bien compliqué et comprend surtout le nettoyage de l’eau et du bassin.

Il faut entretenir l’eau de la piscine régulièrement afin qu’elle reste pure et que vous puissiez vous baigner en toute sécurité. Pour cela, vérifiez l’équilibre de l’eau en réajustant le dosage de chlore ou de sel et ramassez à l’épuisette les gros débris qui flottent à la surface de l’eau, comme des feuilles ou des insectes, une action qui peut être engagée à chaque baignade. En cas de besoin, il est possible d’effectuer un traitement de choc (cf. §2).

Ensuite, ponctuellement, vous devrez nettoyer en profondeur le bassin de la piscine à l’aide d’un aspirateur. Vous pouvez utiliser un balai aspirateur ou, plus pratique, un robot hydraulique électrique ou à pression qui peut être en partie voire totalement automatisé et donc autonome. Il vous faudra également nettoyer les équipements de traitement de l’eau comme :

  • Les skimmers
  • La pompe
  • Le filtre
  • Le balai

A noter : investir dans un abri de piscine est intéressant car cela permet de limiter l’entretien de la piscine en la protégeant efficacement contre les intempéries et la pollution extérieure.

 

Vous savez maintenant tout et êtes prête à mettre en route votre piscine !